Affaire marché de bonnam: les commerçants sur les nerfs

Dans la matinée du lundi 9 septembre 2019, le syndicat des commerçants du Burkina a tenu une conférence de presse. Cette conférence survient après qu’un certain monsieur Bationo a annoncé sa volonté de déguerpir les commerçants de ce marché pour la construction d’une école. Il s’agit de dénoncer “une injustice“ faite en leur égard et de réaffirmer leur intension à ne pas céder les lieux.

Le marché de bonnam est situé dans le quartier Cissin à Ouagadougou (l’arrondissement n°6). Ce marché est menacé de disparition car monsieur Bationo veut faire de ce marché une école. Qualifiant cette acte “d’injustice totale“, les commerçants protestent contre cette intention. En effet, nombreuses sont les familles qui tirent leurs pitances à travers ce marché et arrivent à subvenir aux besoins des enfants voir les scolarités et autres. Pour les commerçants de ce marché, « l’heure est grave, et même très grave ». Selon le syndicat, le marché a été acquit en 1997, et à cette époque, la mairie de l’arrondissement n° 6 n’avait ni encore vu le soleil, ni même la lune. Ainsi, la question que se posent les commerçants est la suivante : à quelle époque monsieur Bationo a-t-il obtenu le terrain et par la signature de qui ?

Le marché est il une propriété privée ? A en croire le syndicat, monsieur Bationo s’est rendu à la mairie de l’arrondissement et possède aujourd’hui des documents prouvant cela. Cependant, le syndicat déclare que ces documents sont faux. Mais qui est ce Bationo ? Sur quel pouvoir se base-t-il pour déguerpir tout un marché ? Il semblerait qu’après  cette résistance opposée, les autorités locales auraient proposé à monsieur Bationo  un autre terrain pour la construction de son école. Le problème à ce niveau c’est qu’il avait au préalable acheté un terrain à un coût assez élevé et dans le nouveau terrain, les autorités lui demandent de reverser la même somme qu’avant pour que ledit terrain soit à lui. Cette offre est refusée par monsieur Bationo car il ne veut pas  payer deux fois une somme pour avoir le terrain. Pour lui maintenant, il faut à tout prix prendre le marché pour la construction de son école. Pour réaliser ce rêve qui apparemment lui tient à cœur, monsieur Bationo décide d’amener l’affaire en justice. « Il nous a surpris lorsqu’il a envoyé l’affaire en justice », a laissé entendre Yéro Daniel Ilboudo, un membre du SYNACOMB.

Le 12 septembre prochain, le marché sera fermé. Tous les commerçants se rendront au palais de justice de Ouaga 2000 pour écouter le verdict du juge. Il revient au plus haut niveau de trancher, car, avec ce que l’on voit, les commerçants ne sont pas du tout prêts à laisser le marché dans les mains d’un seul individu. Autrement dit, il est impossible de laisser un intérêt général au profit d’un intérêt personnel.

Soyez le premier à commenter sur "Affaire marché de bonnam: les commerçants sur les nerfs"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

13 + dix-sept =