Actualité : Quand l’UNIR/PS crache sa part de vérité à JBO

 

Des membres de l’Union pour la Renaissance Parti Sankariste (UNIR/PS) ont tenu une conférence de presse ce lundi 10 février 2020 à leur siège social. L’objet de cette rencontre avec les hommes et les femmes de médias, était de donner leur point de vue sur l’ouvrage de l’ancien président de la Haute Volta, Jean Baptiste Ouedraogo dédicacé le samedi 25 janvier 2020 et intitulé « ma part de vérité ».

Depuis la parution du livre de Jean Baptiste Ouedraogo intitulé « ma part de vérité », les commentaires sont allés bon train, la plupart fusillant l’ancien président de la Haute Volta, actuel Burkina Faso. Ce lundi 10 février 2020, c’était au tour de la jeunesse de l’UNIR/PS de s’inviter dans la danse. Lors d’une conférence de presse, les conférenciers ont affirmé que cet ouvrage n’est que le résultat d’une frustration de Jean Baptiste Ouédraogo pour n’avoir rien apporté à l’histoire du Burkina Faso, malgré qu’il ait occupé un poste de grande responsabilité à savoir la présidence de la Haute Volta.

Ils ont rappelé à la mémoire de tous, la révolution de mai 1983 lorsque injustement incarcéré, les populations au cours d’une marche ont exigé la libération de Thomas Sankara. La manifestation populaire du 20 mai 1983 pour exiger la libération de Thomas Sankara, a connu un large écho national même si le président Jean Baptiste Ouédraogo dit le contraire dans son livre à travers ces mots : « la marche du 20 mai 1983 est plus l’effet des curieux et des marginaux que de vrais militants ».

Pour eux, tout l’ouvrage relate la relation conflictuelle qu’il a eu avec Thomas Sankara et certains de ses compagnons. Ils ont illustré cela en faisant référence à certains paragraphes de l’ouvrage qui, visiblement, tentent d’apporter le discrédit et le déshonneur à la mémoire de celui qui est un exemple pour la jeunesse burkinabè et du monde entier, et qui fait la fierté de son pays. « Pour nous, le président Jean Baptiste Ouedraogo n’a fait qu’un condensé de ressentis mal digérés pour égrener avec haine, jalousie et méchanceté, son échec dans sa courte gestion de l’Etat », a déclaré Samdpawendé Ouedraogo, secrétaire national de la Jeunesse, puis d’ajouter : « nous, jeunes de l’UNIR/PS ne percevons en rien la duplicité du Président Thomas Sankara dont il évoque mais plutôt l’antagonisme d’idéologie et de ligne politique ».

 

Biba DERRA

 

Soyez le premier à commenter sur "Actualité : Quand l’UNIR/PS crache sa part de vérité à JBO"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 + 20 =