72 heures du parti PDJ : Distribution d’une trentaine de sacs de riz et maïs aux populations

 

Les responsables du Parti pour la Démocratie et la Jeunesse (PDJ) ont tenu dimanche, une conférence de presse à Ouagadougou. En effet, cette rencontre a abordé plusieurs points relatifs à la situation nationale du Burkina Faso.

Au cours d’un point de presse le dimanche 07 juillet 2019, les responsables du PDJ en présence du président du parti, ont partagé avec les Hommes de médias les informations du parti et des préoccupations liées à la situation nationale, sans oublier de donner leur lecture. Dès l’entame des échanges, une minute de silence a été observée pour rendre hommage à toutes les victimes des actes terroristes et barbares, qu’elles soient civiles ou militaires.

Créé le 01 juillet 2015, le PDJ est un parti social pour la démocratie et la jeunesse, dont l’ambition est de contribuer fortement à la gestion du pouvoir d’État afin de réorienter le processus de développement du Burkina Faso. Avec Halidou Ouédraogo à sa tête, l’emblème du parti est le Baobab éclairé par le soleil levant qui symbolise l’espoir, la transparence, la patience et la richesse. Son logo est constitué par un Baobab éclairé sur fond de couleur orange, bleu et vert. L’un des principaux objectifs de ce parti, est de conquérir et exercer le pouvoir d’état par les voies démocratiques, tout en contribuant au développement de la culture démocratique au Burkina Faso, aux côtés des autres forces et partis politiques.

A l’occasion de cette rencontre, plusieurs points ont été au menu des échanges. Il s’agit entre autres, des questions liées à la présentation du parti, du résumé des réalisations au cours des 72 heures du militant sympathisant, de la situation sécuritaire nationale, l’emploi des jeunes, la cohésion sociale, le nouveau code pénal, la relecture du code des personnes et de la famille, etc.

Le PDJ a organisé la première édition des 72 heures du militant et sympathisant sur la période du 05 au 07 juillet 2019 au siège du parti. Elles ont constitué à mener un paquet d’activités dont le don de vivres, les premières journées portes ouvertes, la première journée d’études, le don de sang et la première conférence de presse. A cette occasion, le parti a pu distribuer aux populations une trentaine de sacs de riz et maïs, notamment les personnes vulnérables pour marquer leur solidarité. En ce qui concerne le don de sang, le président Halidou Ouédraogo a fait savoir que son parti a mobilisé ses militants et sympathisants pour cette opération et inviter les agents de santé au siège. Mais compte tenu de la grève dans le secteur de la santé, l’opération n’a pas eu lieu.

Il faut noter qu’au cours des 72 heures, le parti a tenu sa première journée d’études portant sur le thème : « L’école nouvelle Burkinabè, fondements et bases d’une réforme qui tienne compte du contexte social et des exigences socioprofessionnelles de l’heure ». Selon le parti, l’école burkinabè va mal et même très mal. « Les produits de l’école sont non conformes à nos attentes. Il y a donc nécessité d’une réforme sans délai pour adapter les contenus des savoirs aux exigences socio professionnelles actuelles, surtout celles du marché du travail », a soutenu le président du parti tout en interpellant le gouvernement et tous les acteurs du système éducatif à trouver des solutions idoines.

Quant à la situation sécuritaire qui présente des inquiétudes avec la persistance du phénomène et de ses conséquences dont la fermeture d’écoles, les affrontements inter communautaires, le ralentissement des activités économiques et bien d’autres, le PDJ a tenu à encourager l’action vigoureuse des Forces de défense et de sécurité (FDS) et à lancer un appel à une franche collaboration entre les armées étrangères d’une part, puis entre les armées et les populations d’autre part. Également, le parti a exhorté le gouvernement à privilégier une sécurité inclusive prenant en compte l’implication des populations.

L’emploi des jeunes étant une préoccupation importante de l’heure en ce sens que l’école burkinabè n’est pas à mesure de produire des travailleurs conformes aux attentes des employeurs (administration et entreprises, projets et programmes, etc), le PDJ trouve que la réforme de l’école dans les meilleurs, s’impose pour allier éducation, enseignants et le marché du travail.

Au titre du nouveau code pénal, le PDJ salue le vote du nouveau code pénal qui prend en compte les préoccupations du moment dans le contexte d’une liberté d’action sur les réseaux sociaux. Tout en comprenant les réactions de certains acteurs de médias, le parti tient à rassurer que cela n’empêchera pas les organes de presse surtout les professionnels à mener à bien leurs actions. Selon les conférenciers du jour, ce code permet de discipliner davantage la jeunesse et de renforcer les stratégies de réponse face au terrorisme actuel.

Au niveau de la relecture du code des personnes et de la famille, le parti invite à nouveau le gouvernement à prendre les dispositions utiles pour une implication et participation inclusives et actives de toutes les composantes représentatives de la société à cette relecture car, il y va de la cohésion sociale et du vivre ensemble. Pour le PDJ, le contenu de ce nouveau code doit refléter les réalités et la façon de vivre des Burkinabè et non des réalités imposées pour raison de financement de partenaires techniques et financiers.

Les suggestions qui sont issues des échanges sur la journée d’études, selon le président du parti, c’est par rapport à l’école burkinabè. « Il est ressorti effectivement que l’école burkinabè est en panne. Elle ne donne plus et les résultats ne sont pas conformes à nos attentes » , a-t-il soutenu. Apportant des propositions concrètes qui sont entre autres, « quitter l’école classique pour aller vers une école intégrée » c’est-à-dire un mélange de l’enseignement général et celui technique, le PDJ a demandé au gouvernement de réviser l’école burkinabè pour qu’elle reflète les attentes actuelles. Par ailleurs, Halidou Ouédraogo n’a pas manqué de porter à la connaissance des Hommes de médias que son parti aura un candidat aux prochaines élections présidentielles.

 

Soyez le premier à commenter sur "72 heures du parti PDJ : Distribution d’une trentaine de sacs de riz et maïs aux populations"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-sept − neuf =