32 è sommet de l’UA : Le président du Faso champion de la lutte contre les MGF

Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a lancé officiellement, ce 11 février 2019, l’« Initiative de l’Union africaine sur l’élimination des mutilations génitales féminines ». C’était au cour d’un petit déjeuner de haut niveau, au siège de l’organisation continentale.

Désigné champion de la lutte contre les mutilations génitales féminines (MGF) par ses pairs de l’Union africaine, le Président du Faso a d’abord tenu à réaffirmer sa disponibilité et l’engagement du Burkina Faso à « œuvrer sans relâche » pour réaliser l’ambition d’une éradication totale des MGF.

« Nous sommes fiers de vous avoir comme chef de file des initiatives contre les mutilations génitales féminines », souligne pour sa part Amira Elfadil, la Commissaire aux affaires sociales de la Commission de l’Union africaine. L’objectif de la campagne est de changer les mentalités des populations et la perception des africains sur les pratiques néfastes des MGF et pour cela il faut « un engagement politique fort », selon les termes de la Commissaire de l’UA.

Michelle Bachelet, la Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme, a appelé également les leaders africains à « tout mettre en œuvre pour éliminer les MGF » qui ont un effet ravageur, avec 200 millions de femmes et de filles déjà touchées.

Tous ces appels ont d’ores et déjà une résonance positive chez le Président du Faso. « Je m’engage à travailler en synergie avec mes collègues, en vue de l’abandon total de cette pratique néfaste sur notre continent », a déclaré Roch Marc Christian Kaboré. Tout en reconnaissant les efforts déployés par les pays dans la lutte contre les MGF, le chef de l’Etat estime qu’il faut « accélérer la cadence ». L’enjeu c’est la vie de plus de 50 millions de femmes et de jeunes filles qui risquent de venir « rallonger la liste, déjà trop longue, des victimes » de MGF, d’ici 2030. « L’Initiative commencera immédiatement », a indiqué le président du Faso.

Le développement de partenariats est nécessaire, pour l’atteinte des objectifs, car il faut un engagement collectif. L’UNFPA et l’UNICEF sont déjà partie prenante de cette mobilisation internationale, dans la continuité de la 1ère conférence continentale sur les mutilations génitales féminines, tenue à Ouagadougou en octobre 2018, et le représentant de l’UNFPA est venu le réaffirmer à la tribune.

D’autres personnalités de haut niveau d’Egypte, du Soudan, de la Zambie, du Kenya et d’Ethiopie, ont partagé leurs expériences en matière de lutte contre les MGF, et plaidé pour la protection des droits humains des filles et des femmes, ainsi que pour l’arrêt définitif des violences sexistes à leur endroit.

Direction de la communication / Présidence du Faso

Soyez le premier à commenter sur "32 è sommet de l’UA : Le président du Faso champion de la lutte contre les MGF"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 + onze =