2e session ordinaire 2019 du CES : L’utilisation des produits chimiques au menu des échanges

 

L’ouverture des activités pour la deuxième session ordinaire 2019 organisée par le Conseil économique et social (CES) s’est tenue mardi matin à Ouagadougou. Pour cette deuxième session de l’année, le choix du thème de réflexion est porté sur « utilisation des produits chimiques dans l’agriculture au Burkina Faso : quels impacts sur la santé, l’environnement et le développement des filières de production ? ». Ces activités se déroulent du 29 octobre jusqu’au 25 novembre 2019.

Dans la matinée de ce mardi 29 octobre, le Conseil économique et social a procédé à l’ouverture des activités de la session ordinaire, deuxième du genre de l’année 2019. Le choix de réflexion est porté sur un thème d’importance capitale et d’actualité brûlante. Il s’agit notamment de l’utilisation des produits chimiques par les agriculteurs burkinabè qui n’est pas sans effets néfastes sur la santé humaine, animale et même sur l’environnement. Ainsi, durant ce temps du 29 octobre au 25 novembre, les échanges vont porter sur les enjeux de cette utilisation.

L’utilisation des pesticides ou des herbicides dans l’agriculture met en danger la santé humaine et animale et affecte négativement l’environnement. Cet usage des produits chimiques « s’est accru de façon constante depuis le début de leur production industrielle au milieu du 19ème siècle. Ces produits sont devenus aujourd’hui, une composante essentielle de nos sociétés modernes », a laissé entendre Elisabeth Ouédraogo/Bancé, représentante du président du CES, par ailleurs deuxième vice-présidente du CES. Certes, l’utilisation des produits chimiques (médicaments pharmaceutiques, pesticides, herbicides, etc) présente divers avantages tant pour les consommateurs que pour les utilisateurs, si toutefois elle respecte les normes des spécialistes. En effet, à en croire la représentante du président du CES, « l’utilisation non adéquate ou non maitrisée de tous ces produits, est bien souvent lourde de conséquences sur la santé humaine et l’environnement. Aussi, y a-t-il lieu de s’inquiéter de la hausse impressionnante de la consommation mondiale des produits chimiques. »

Selon les statistiques de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), les quantités de pesticides utilisées dans le monde sont passées de 3 millions de tonnes en 2001 à 4,6 millions de tonnes en 2016 soit une augmentation de 53% en 15 ans. Ceci dit, 20% de ces apports en azote s’accumulent dans les sols et dans la biomasse et 35% finissent dans les cours d’eaux et les effets négatifs sur la santé notamment humaine, sont considérables. Toujours selon la FAO, 3 millions de personnes sont intoxiquées aux pesticides chaque année avec 200.000 décès, soit plus de 500 personnes en moyenne par jour.

La situation est aussi préoccupante en ce qui concerne le Burkina Faso. Le cas de l’intoxication alimentaire qui a causé la mort de 13 personnes à Didyr et 5 autres à Nayamtenga les 1er et 9 septembre 2019, a été évoqué par la 2ème vice-présidente. C’est là, un témoignage fort qui doit interpeler les acteurs du domaine à plus d’attention. « L’utilisation détournée des produits chimiques pour le murissement des fruits et légumes, et la préparation de certains mets, tend à se généraliser », a-t-elle confié. Et c’est d’ailleurs ce qui est dangereux pour la santé publique.

Selon Mamadi Napon, président du comité d’organisation, par ailleurs troisième vice-président du CES, « il faut que les générations futures puissent bénéficier de quelque chose de bénéfique. » Les journées du 29 octobre au 25 novembre seront marquées par des activités dont, entre autres, des panels qui s’articuleront autour du thème afin de dégager un consensus sur un meilleur usage des produits chimiques. Certains acteurs clés de la gestion et de l’utilisation des produits chimiques, ont été associés. Il s’agit entre autres du Conseil national de l’agriculture biologique (CNABio), l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), et les importateurs.

Soyez le premier à commenter sur "2e session ordinaire 2019 du CES : L’utilisation des produits chimiques au menu des échanges"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatre × un =