2è séminaire des sœurs de l’ouest du CERFI à Dédougou : La promotion de l’islam et le développement socio-économique au menu des échanges

La cellule féminine du Cercle d’Etudes, de Recherches et de Formation Islamiques (CERFI) a tenu du 20 au 22 avril dernier à Dédougou, son deuxième séminaire régional des sœurs de l’ouest. Pendant trois jours, les séminaristes ont été outillés sur la promotion de l’islam et au développement socio-économique. La cérémonie d’ouverture des travaux est intervenue en présence du représentant de la patronne, du haut commissaire du Mouhoun , la vice présidente de la cellule féminine nationale du CERFI et de la marraine.

« Outiller les séminaristes pour leur participation à la promotion de l’islam et au développement socio-économique du Burkina Faso à travers l’entreprenariat », c’est l’objectif de ce deuxième séminaire des sœurs de l’ouest tenu du 20 au 22 avril à Dédougou sous le thème « Femme musulmane et entreprenariat, défis et perspectives ? »

Trois jours durant, les séminaristes ont été outillés sur plusieurs thématiques à travers une conférence portant sur le thème central ; des communications sur des sous-thèmes de l’entreprenariat ; un panel dont le thème portait sur la situation d’actualité du Burkina, à savoir le terrorisme. Les séminaristes ont également développé des  thèmes en lien avec la formation islamique consistant après chaque prière de faire des rappels sur des thèmes qui vont permettre en même temps de lier la question de spiritualité à la question de l’entreprenariat car,  « Entreprendre, c’est entreprendre islamiquement pour avoir le bénéfice dans ce monde ici bas mais aussi être rétribué par Dieu dans l’au de là », a laissé entendre la présidente du comité d’organisation du séminaire, Madame Kanganbèga Kaboré Asseta. Pour elle, le choix du  thème central du séminaire se justifie par le fait que la question de l’entreprenariat est un sujet d’actualité tant au niveau international que national et particulièrement une question qui intéresse les femmes musulmanes.

Selon une étude sur l’état des lieux de l’entreprenariat féminin au Burkina Faso en 2018, il y a « moins de 10 femmes sur 100 entrepreneurs formels ». Pour le cas spécifique des femmes musulmanes, aux vues des discriminations à l’embauche et des difficultés à pratiquer sa religion, il est logique et opportun de s’intéresser à l’aventure de l’entreprenariat.

« Consciente que le défi majeur des femmes, consiste à aller de l’avant, nous avons pour ambition d’amener nos sœurs à accroitre leur autonomisation, leur bien être ainsi que leur épanouissement personnel. De la même façon qu’elle est le centre de son foyer, elle est aussi le centre de l’humanité », dira la patronne Saran Sere Seremé dans son discours porté à la connaissance de l’assistance par son représentant Aboubacar Koté. Pour lui, toute initiative qui cherche à renforcer les capacités des femmes de façon générale dans notre pays, dans le sens de l’entreprenariat, est à saluer.

Pour la vice présidente de la cellule féminine nationale du CERFI, Madame Aliza Kaboré, l’initiative de regrouper des sœurs et les interpeller sur les questions actuelles, sur la vie de la nation en rapport avec le secteur de l’entreprenariat, mérite vraiment une attention particulière et mieux le soutien de tous. Pour elle, les séminaristes seront outillés sur le processus de création de gestion d’une entreprise et la place même de l’entreprenariat sur le plan islamique. « Cela est important parce que nous sommes des musulmanes. Quand on va pour faire une activité, il faut en tenir compte, quelle est la position de l’islam par rapport a ça », a-t-elle ajouté.

Lassina Yao

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter sur "2è séminaire des sœurs de l’ouest du CERFI à Dédougou : La promotion de l’islam et le développement socio-économique au menu des échanges"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq + 15 =