19 mai 2019 : l’Union des étudiants entend rendre hommage à Dabo Boukary à travers des activités

Vingt-neuf ans après la mort de Dabo Boukary, l’Union générale des étudiants burkinabé (UGEB) est toujours sur ces traces. C’est dans cette optique, qu’elle a organisé une conférence de presse dans la matinée de ce mercredi 15 mai 2019 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre avec les Hommes de Médias, est de réclamer justice sur cette mystérieuse disparition de leur camarade, et de donner le programme des activités qui seront menées en son hommage sous le thème : « 29 ans après, poursuivons la lutte pour la vérité et la justice pour Dabo Boukary et pour l’amélioration de nos condition de vie et d’études ».

19 mai 1990 – 19 mai 2019, cela fera 29 ans que Dabo Boukary, étudiant en 7ème année de médecine a été torturé à mort au conseil de l’entente sous le régime Compaoré. Suite à cette “barbarie“, des étudiants se sont mobilisés pour exiger une lumière sur cet assassinat.

29 ans après, où sommes nous avec le dossier Dabo Boubary ? Une question que le président de l’Union générale des étudiants burkinabé (UGEB), Traoré Ismaël répond lors de cette conférence.

« Récemment, nous avons appris l’inculpation de Gilbert Diendéré et de Mamadou Bamba […], nous avons également eu vent de quelques auditions et une tombe supposée du camarade, a été indiquée à sa famille le 21 février 2017 », déclare Traoré Ismaël. Selon lui, la tombe est une supposition car, il n’y a pas eu de “rapport d’expertise“. Pour le reste, poursuit-il, « le dossier est toujours en souffrance à la justice ». L’UGEB dit ne pas se laisser distraire par quoi que ce soit, et se battra sans relâche quelques soient les sacrifices à consentir afin de voir manifester la vérité et la justice pour leur camarade.

Selon le président de l’UGEB, 29 ans c’est trop et pourtant rien n’a changé dans la détermination des étudiants et dans leur conviction de voir une justice rendue. De toute évidence, la question concernant l’implication de feu Salifou Diallo fut évoquée. Pour l’UGEB, Salifou Diallo est étroitement impliqué dans cette affaire et ce ne sont pas les faits qui diront le contraire. Cependant, l’Union se réjouit du fait que cette conquête de justice ne soit pas seulement une affaire des étudiants, mais aussi de tout le peuple burkinabé. En effet, dans la plateforme revendicative conjointe du Collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP)  et de la Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), la question de justice pour cet étudiant en 7ème année de médecine fut évoquée. C’est ainsi l’occasion pour « l’UGEB de traduire toute sa reconnaissance à notre peuple pour ce constant accompagnement. »

Interpelé sur la question de la position politique d’un des avocats de Dabo Boukary en la personne de maitre Bénéwendé Sankara, qui a rejoint le parti au pouvoir, Ismaël Traoré trouve que cela n’est pas une entrave à la manifestation de la vérité. Aussi, selon ses propos, maître Sankara n’est pas le seul avocat de l’étudiant disparu en mai 1990. Il a ensuite lancé un appel au gouvernement à prendre cette affaire d’injustice, qui dure depuis plusieurs années, avec beaucoup plus de sérieux.

Des journées d’activités seront menées en hommage de l’étudiant. « La commémoration de cet anniversaire se tiendra dans un contexte national marqué par la faillite totale du pouvoir », martèle Ismaël Traoré. Selon lui, avec « l’application désastreuse du système LMD, la crise a atteint un niveau jamais égalé ». Il souligne également que la célébration de ces journées leur permettra de soulever entre autres, des questions comme le manque d’infrastructures et d’enseignants à l’université, le bâclage de la formation sous le prétexte de rattrapage, les violations répétées des franchises et libertés universitaires.

Au programme des activités, des assemblées générales, des conférences, des meetings, des vidéos-débats autour du thème, sans oublier des plateformes revendicatives et minimales des différentes sections, seront observés. Le comité exécutif de l’UGEB appelle l’ensemble des étudiants burkinabé à faire de ce 19 mai 2019, un succès dans la lutte contre l’impunité.

Soyez le premier à commenter sur "19 mai 2019 : l’Union des étudiants entend rendre hommage à Dabo Boukary à travers des activités"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 × cinq =