Pub Evénéments

WILL.COM SARL communément appelé WILL TELECOM est une société burkinabé spécialisée dans la vente et (...) suite...
PUB PROMOTION

[
Logiciels piratés : bénéficiez d’une offre exceptionnelle de régulation]

EZIF Ouaga


L’établissement Zoungrana Issa et Frères EZIF est un établissement spécialisé dans la vente de motos (...) suite...
évènement


Institut de Formation Colbert Année académique 2011/2012 Brevet de Technicien Supérieur Diplôme (...) suite...

Photo de la semaine


Accident sur l’axe Atakpamé (Togo)-Cinkansé : 47 morts dont 15 burkinabè Un bus en provenance de (...) suite...
Nos dossiers

* Le Burkina Faso en 2012 : Que nous réserve la suite de l’année ?

* IFC : le CAMES n’a pas vocation de reconnaître une école

* Tertius Zongo aux étudiants : la réussite a un prix à payer

_ *SAGA MUSIQUE, SMARTY : Et enfin des mots sortirent de la bouche de la carpe.

* La mort tape à la porte d’Akissi delta va-t-elle ouvrir ?

* On ne verra plus Marie Laure

Presse Partenaire

 

Les éditions Faso Actu, votre quotidien en ligne sur le www.faso-actu.net est à l’Immeuble BOA koulouba 2é étage ; avenue Président Sangoule Lamizana. Bureau : 00226 50 50 91 92/ cel : 00226 70 01 34 94/ Ouagadougou BF/ fasoactu yahoo.fr/ e-mail : info faso-actu.net


On murmure - Affrontements entre populations à Zabré : huit morts enregistrés

Kantigui a été informé d’un affrontement à Zabré entre communautés peulh et bissa. Tout serait parti du fait que des bœufs de Boussim, un habitant bissa du village de Zabré, aient commis des dégâts dans le champ de Sambo, un voisin peulh. N’ayant pas obtenu de consensus avec le propriétaire des animaux, pour un arrangement à l’amiable, le peulh aurait décidé de porter plainte contre Boussim, au commissariat de police de Zabré. Selon les sources de Kantigui, c’est ainsi qu’une convocation a été remise à Sambo pour Boussim, par la police de Zabré, le vendredi 28 décembre 2012.

Est-ce que Boussim a refusé de répondre à la convocation ? En tous les cas, des éléments de la police, habillés en civil et accompagnés par Sambo, se sont rendus au domicile de Boussim. La situation s’est dégénérée par la suite quand la population est sortie, munie de machettes et autres armes, pour en découdre avec Sambo. Il revient à Kantigui que des éléments des forces de sécurité (gendarmerie et police nationale) de Tenkodogo se sont déportés sur les lieux pour restaurer le calme. Le gouverneur de la région du Centre-Est s’est également déplacé à Zabré pour instaurer le dialogue entre les belligérants. Aux dernières nouvelles, les affrontements ont provoqué huit morts dont le nommé Sambo et certains de ces proches. Affaire à suivre…

Mise en place des nouveaux exécutifs locaux à partir du lundi 7 janvier 2013

Kantigui a reçu un communiqué provenant du Ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité (MATDS), signé du secrétaire général, Sadou Sidibé, portant sur la mise en place des nouveaux exécutifs locaux qu’il vous propose, en intégralité, dans les lignes qui suivent : « Le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité a l’honneur de porter à la connaissance des conseillers municipaux nouvellement élus que, nonobstant les dispositions de l’article 252 du Code électoral, la mise en place des nouveaux exécutifs locaux interviendra à partir du lundi 7 janvier 2013. Ce réaménagement de date vise à permettre l’acheminement des résultats définitifs proclamés par le Conseil d’Etat aux chefs de circonscriptions administratives. Par ailleurs, il invite les chefs de circonscriptions administratives à prendre les dispositions nécessaires pour le strict respect des termes du présent communiqué ».

Clôture du mandat de Simon Compaoré en beauté !

Kantigui a ouï dire que pour clore en beauté le mandat du conseil municipal de Ougadougou, il est prévu une grande cérémonie à l’occasion de laquelle, un discours-bilan sera prononcé par le maire sortant, Simon Compaoré, à l’intention des populations de la ville de Ouagadougou. Selon les sources de Kantigui, la cérémonie marquant la fin officielle du mandat de M. Compaoré aura lieu, le jeudi 3 janvier 2013 à 15 heures, à la Place de la Nation. Toute chose qui permettra, de mettre, bientôt, en place, les nouvelles équipes dirigeantes des collectivités territoriales, vu que le Conseil d’Etat a proclamé les résultats des municipales, le samedi 29 décembre 2012.

Kantigui rappelle que selon le Code électoral, pour ce qui concerne les élections municipales, « le Conseil d’Etat, au vu des résultats et de tous les procès verbaux des bureaux de vote, effectue le recensement général des votes à son siège, en dresse procès verbal et proclame les résultats conformément aux dispositions des articles 98 à 100 ». Et l’article 252 de préciser que « la réunion des nouveaux conseils municipaux est convoquée par le haut-commissaire pour les communes à statut particulier, et par le préfet du département pour les autres, dans la semaine suivant la proclamation des résultats par la juridiction administrative ».

Les coachs des Etalons font la paix des braves

Kantigui a appris qu’une rencontre entre le ministre des Sports et des Loisirs, Yacouba Ouédraogo, le président de la Fédération burkinabè de football, Sita Sangaré et les deux entraineurs nationaux, Paul Putt et Sidi Napon a permis à ces derniers de faire la paix des braves. Selon les indiscrétions parvenues à Kantigui, la rencontre a permis aux deux techniciens de s’expliquer longuement sur la guéguerre qui les oppose, depuis quelques mois. Une rencontre houleuse qui a, au moins, accouché d’une entente entre les deux techniciens. Une bonne nouvelle, quand on sait que les Etalons aborderont la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) avec une unité retrouvée de ses têtes pensantes. Kantigui souhaite et espère que cette réconciliation ne soit de façade.

Des voleurs sans vergogne à la maternité Pogbi

Kantigui est tombé des nus en apprenant une histoire de vol survenue dans la matinée du 23 décembre 2012 à la maternité Pogbi de Ouagadougou. En effet, un confrère qui y était avec son épouse en travail, s’est fait voler son portable de la plus banale des manières. Le voleur, a-t-on précisé à Kantigui, a usé de fortes larmes pour tromper la vigilance de son vis-à-vis en prétendant être au chevet de sa copine également en travail. Ses va-et-vient, sans cesse, dans la salle d’attente et ses larmes, ont fini par convaincre le journaliste de la sincérité du pleurnichard. La confiance va alors s’installer entre les deux maris d’une chaude matinée.

Le voleur profitant de cette confiance acquise sollicita, par la suite, le portable de l’autre pour appeler un supposé médecin officiant à l’hôpital Yalgado en vue de transférer sa femme. Une inattention du propriétaire du portable a suffi à ce voleur pour escaler le mur de la maternité de Pogbi et s’éclipser dans la nature. A ce qui se dit, ce n’est pas la première fois que de tels vols sont enregistrés dans cette maternité à la grande douleur d’honnêtes citoyens. Kantigui profite de ce cas regrettable pour appeler les usagers des centres de santé à la prudence et interpelle en même temps les services de sécurité à traquer ces délinquants sans foi ni loi qui n’ont aucune crainte quand ils sont en action. Vivement que cela s’arrête.

Institutions financières : à quand une banque à Manga ?

A l’occasion des fêtes de fin d’année, Kantigui qui s’est retrouvé du côté de la "cité de l’épervier" pour y jouir des quelques jours restants de ses congés, a été attristé par une réalité que vit la majorité du personnel administratif du public, comme du privé de cette localité. En effet, Kantigui, impressionné, non seulement par l’hospitalité légendaire de la ville de Naaba Silga, mais aussi par les bons soins de ses amis qui l’on reçu, a décidé d’y célébrer le réveillon. Mais, Kantigui dont la bourse s’amenuisait au fil des jours, est tombé à la renverse lorsqu’il s’est laissé dire qu’il n’y avait aucune institution bancaire auprès de laquelle, il pouvait effectuer un retrait à l’aide de sa carte bancaire qu’il avait pris le soin d’emporter. Il a été dit à Kantigui que les fonctionnaires de Manga vivent au quotidien, les conséquences de l’absence d’institutions bancaires. A ce qui se dit, mis à part quelques institutions de microfinances à l’image de la SONAPOST, de la Caisse populaire et autres en miniature, pour les opérations bancaires, les Mangalais font toujours le déplacement à Ouagadougou, en cas d’urgence, où la plupart est domiciliée. Kantigui lance, de ce fait, un appel pressant aux banquiers afin qu’il s’y investissent pour le bonheur des salariés de ce chef-lieu de région.

Il confond le « six-mètres » à sa parcelle et y construit sa maison

Les faits se déroulent au secteur n°29 de Bobo-Dioulasso, face au lycée Cheick-Anta-Diop 3. Dans une virée dans le quartier, Kantigui est tombé sur la discussion et selon les explications, ce serait l’un des attributaires d’un des lots de ladite section qui, par inadvertance, a construit sa maison sur le « six-mètres », en lieu et place de sa parcelle qui côtoyait le carré en question. Quoi qu’il advienne, Kantigui pense qu’il est obligatoire que le locataire casse sa maison pour ne pas fausser le plan de lotissement à cet endroit. Sinon, à terme, quand les autres attributaires viendront construire, il n’y aura pas de passage. A bon entendeur…

Des démarcheurs dangereux à l’ONEA/Bobo

Kantigui constate un nouveau phénomène dans la ville de Bobo-Dioulasso. Des démarcheurs de type nouveau ont fait leur apparition à l’ONEA lors du paiement des factures d’eau. Arrêtés devant les guichets de l’ONEA, ils prennent vos factures pour les régler contre la somme de 500 FCFA, en un temps relativement court. Seulement, Kantigui se dit que cette situation présente le risque qu’un jour, ils puissent disparaître avec votre argent sans payer la facture. Si cela arrivait, l’ONEA accepterait-il d’en être responsable ? Au cas contraire, Kantigui suggère simplement à l’ONEA de refuser les services de ces démarcheurs qui, vraisemblablement, traitent avec les guichetiers. Kantigui se voit également frustré quand les autres s’alignent convenablement pour payer leurs factures et que d’autres passent derrière les guichets pour se faire des sous.

KANTIGUI

Sidwaya


Publicité

Forum
samedi 12 juillet 2014
Par société univers

une société de la place recherche 50 vendeuses avoir le CEP ou le BEPC savoir lire et écrire être (...) suite...
Newsletter
Adresse email :  
Inscription
Désinscription

centre culturel islamique AEEMB


Citation de la semaine

La colère est comme un feu qui couve. Quiconque la retient l’éteint, et quiconque la lâche se brûle en premier

Retro actu du mois

BISSA GOLD : LE COUP DE MAITRE DANS LE SOCIAL lire la suite



L’agence Baitoul Maal de Ziniaré est fonctionnelle
lire la suite

ZOOM SUR

Madame TRAORE Alima Déborah, Médiateur du Faso depuis 2011

Madame TRAORE est juriste, diplômée de Droit public de l’Université d’Orléans en
France où elle a étudié le droit public appliqué à la gestion des collectivités locales,
aux rapports entre l’Administration publique et les administrés.
Elle est également lire la suite

Copyright Faso Actu