dimanche 23 novembre 2014

Les éditions Faso Actu, votre quotidien en ligne sur le www.faso-actu.net est à l’Immeuble BOA koulouba 2é étage ; avenue Président Sangoule Lamizana. Bureau : 00226 50 50 91 92/ cel : 00226 70 01 34 94/ Ouagadougou BF/ fasoactu@yahoo.fr/ e-mail : info@faso-actu.net



 

  Le Mali dans la confusion : Mopti menacée, Bamako se déchire

vendredi 11 janvier 2013

Des manifestants, sous l’égide de la plate forme (COPAM, MP22 et alliés) sont descendus, le mercredi 09 janvier dans les villes de Bamako et Kati pour manifester leur mécontentement quant à la confusion totale qui s’installe autour de la tenue des concertations nationales et exigent sa tenue et réclamé en même temps le départ du président de la République par intérim, Dioncounda Traoré. Une situation délicate qui vient se greffer à la menace des rebelles sur Mopti.

La situation sociopolitique et militaire du Mali est loin de révéler toutes ses surprises. Dans cette foulée d’instabilité de la transition. Une plate forme qui exige la tenue des concertations nationales (COPAM, MP22 et alliées), a vu le jour mardi 08 janvier. Pour cette cause, les militants de ces regroupements réunis au sein de cette plate forme, s’étaient donné rendez-vous le lendemain de la conférence à la place de l’indépendance pour concrétiser leur lutte. Chose faite, cette initiative s’est transformée à la grande surprise, à une réelle menace contre la transition. Au-delà des militants de la plate forme, des étudiants et élèves se sont mêlés dans la danse. Pneus brûlés sur les routes, les ponts qui lient les deux rives bloqués. Seule une intention les animait tous. L’exigence de la tenue des concertations nationales mais aussi le départ du président de la République par intérim qu’ils jugent être un point de blocage pour les concertations.

A Kati, QG des putschistes, il ya eu des manifestations. Ces manifestations démontrent l’insécurité dans la capitale mais aussi à Kati. Deux villes clés en cette période de transition. Conscients de cela, les autorités de transition ont pris des mesures de sécurité. Plus de marche sans autorisation et les écoles de Bamako et Kati fermées jusqu’à nouvel ordre.

Le cas de Mopti

Depuis le début de la semaine des informations faisaient croire que les groupes rebelles An sardine, AQMI et MUJAO se dirigeaient vers la ligne de front dans l’intention de prendre la ville de Mopti. Après que l’armée malienne les a bombardés à 30 Kilomètres de sa position (Kona), des échanges de tirs à l’arme lourde auraient eu lieu, mercredi soir entre l’armée malienne et les rebelles. Mais aucune information fiable quant à la question qui a remporté le premier duel ne nous est parvenue. La seule information officielle disponible pour le moment est que l’armée malienne aurait repoussé les rebelles.

Djibril Bassolé, ministre des Affaires Etrangères du Burkina Faso, pays hôte de la médiation était dans nos murs mercredi pour calmer la situation. Et Romano Prodi aussi a été reçu par les autorités de transition. Au moment où nous mettions sous presse, aucune information n’était disponible quant à ce qui est ressortie de sa visite.

La rencontre d’Ouaga reportée

La rencontre qui devait se tenir le 10, dans la capitale Burkinabé entre les émissaires de Bamako et ceux des groupes rebelles islamistes a été reportée. Pour la simple raison qu’An Sardine, un des groupes jugés fréquentables est à l’épicentre de la menace des rebelles de marcher sur Mopti. Ce qui une fois de plus, au constat de bon nombre d’observateurs, rejettent un fort doute quant au processus de dialogue et de négociation. Malgré tout, M. Bassolé, ministre des Affaires Burkinabé, lors de sa visite à Bamako a parlé non seulement de l’urgence de l’intervention militaire mais aussi l’option de dialogue qui a encore toute sa chance.

Pour le moment, les populations meurtries du Mali ne savent plus à quel saint se vouer. Un seul mot sur leurs lèvres : la guerre.

Boubacar Yalkoué



SOURCE : La Nouvelle Patrie du 11 jan 2013

Publié par Faso Actu


Inscrivez-vous à la newsletter

Météo

Forum
vendredi 21 novembre 2014
Par Ka

Joséphine vous aviez fait vos preuves pour un Burkina qui veut avancer, et j’en suis sure que (...)
suite...

Faso Actu web-Tv
La fuite de Blaise COMPAORE du Burkina
6 novembre, par Faso Actu

DEZ ALTINO
15 octobre, par Faso Actu

Freeman tapily
8 octobre, par Faso Actu